La phobie spécifique

La phobie spécifique ou simple fait partie de la famille des troubles anxieux.

Contrairement à la peur qui est normale, la phobie déclenche une réaction disproportionnée.

Il s’agit d’une réaction anxieuse excessive par rapport aux véritables risques encourus.

La phobie se caractérise par une peur persistante, intense et irrationnelle.

Elle est déclenchée par la présence ou l’anticipation d’une exposition à un objet ou une situation spécifique.

Et contrairement au trouble ou crise de panique, la phobie a un déclencheur qui est identifiable.

La thérapie TCC est reconnue comme très efficace dans le traitement d’une phobie spécifique.

 

La psychothérapie efficace avec la phobie
La psychothérapie efficace avec la phobie

 

La description de la phobie

Ressentir la peur de façon occasionnelle face à certaines situations (ex.: dentiste, entrevue de sélection) est quelque chose de normal.

La différence avec une phobie est la fréquence, l’intensité et le caractère handicapant de l’anxiété.

Dans le cas de la phobie simple ou spécifique, la peur est excessive, persistante et envahissante.

Confronté à l’objet de sa peur ou situation, la personne phobique peut même réagir par une crise de panique.

Et elle va tenter d’éviter même les situations associées ou lui rappelant l’objet de sa peur.

De plus, le client souffrant d’une phobie simple reconnaît le caractère excessif ou irrationnel de sa peur.

Et contrairement au trouble panique, la phobies ont des déclencheurs qui sont identifiables.

 

Les symptômes d’une phobie

Les personnes confrontées ou anticipant être exposé à un objet ou situation phobogène vont faire l’expérience de l’anxiété.

Cette anxiété s’accompagne souvent de symptômes tels que palpitations cardiaques, transpiration excessive et tremblements.

Ajoutons à cette liste de la confusion, des douleurs musculaires et abdominales et de la diarrhée.

L’anxiété peut aussi culminer jusqu’à une crise de panique.

Il va sans dire que la personne va tout faire pour éviter cette confrontation.

 

Les types de phobies

On distingue la phobie simple ou spécifique de l’agoraphobie, la phobie sociale et l’hypocondrie.

Ces troubles mentaux constituent des catégories diagnostiques à part.

On a classifié les phobies spécifiques en plusieurs types selon l’objet de la peur ou de la situation.

Une grande catégorie de situations inclue la phobie des ponts, avions, ascenseurs, tunnels, conduite automobile, lieux clos, etc.

La phobie des orages, des hauteurs ou de l’eau fait partie du type environnement naturel.

Il y a aussi un type de phobie qui est relié au sang, aux injections ou à tout autre procédure médicale.

Enfin, mentionnons la catégorie de phobie déclenchée par les animaux ou les insectes.

 

L’importance du trouble phobique

Le trouble phobique est un problème courant dans la population générale.

On estime que le taux de prévalence ponctuelle serait environ de 4-9 %.

Si on l’évalue pour la vie entière, le taux de prévalence se situerait autour de 7-11%.

La phobie serait cependant moins fréquente chez les personnes âgées.

Il y aurait deux femmes pour un homme présentant ce trouble et ce, même chez les personnes âgées.

 

Les causes de la phobie spécifique

Plusieurs facteurs seraient impliqués dans la genèse de ce trouble anxieux.

Des facteurs génétiques et une exposition très angoissante à un objet ou situation pourraient être à l’origine d’une phobie.

La présence de personnes phobiques dans la famille et l’identification à un parent phobique sont aussi souvent mis en cause.

Des facteurs cognitifs tels que l’intolérance face à l’incertitude et des distorsions cognitives seraient d’autres facteurs impliqués.

Mentionnons enfin les facteurs physiologiques tels que des dérèglements au niveau de certains neurotransmetteurs du cerveau.

 

Le traitement de la phobie simple

Le traitement de choix d’une phobie spécifique est la thérapie cognitivo comportementale (TCC).

En effet, plusieurs recherches ont montré que la thérapie TCC était très efficace pour le traitement de phobies simples.

L’aide psychologique sous forme de psychoéducation est d’abord donnée au client phobique.

Le psychologue donnera ici des informations et explications au client sur ses symptômes et sur la dynamique d’une phobie.

Il utilisera aussi la technique de restructuration cognitive visant à modifier ses croyances non fondées contribuant à maintenir sa peur.

L’exposition en imagination ou in vivo à l’objet ou à la situation phobique s’attaquera à l’aspect comportemental du trouble.

 

La désensibilisation systématique de la phobie

La technique d’exposition la plus étudiée à date est la désensibilisation systématique.

Il s’agit d’une procédure de conditionnement classique visant à remplacer la peur par une expérience de bien-être.

Cette technique utilise l’état de relaxation comme réaction de bien-être incompatible avec l’anxiété.

Le client est d’abord entrainé à la pratique de la relaxation musculaire progressive (Jacobson).

On développe ensuite avec le client une hiérarchie de situations anxiogéniques reliées à sa phobie.

En état de relaxation, il est alors exposé graduellement en imagination ou en réalité à ce qui génère de l’anxiété.

Le traitement se termine lorsque le client se sent comfortable face aux situations choisies.

 

Les autres méthodes de désensibilisation

La désensibilisation graduelle de la phobie par visualisation peut également être réalisée sous hypnose.

Les hypnothérapeutes notent souvent que cette avenue est bien souvent plus rapide.

La thérapie EMDR utilisant une autre méthode de désensibilisation en imagination donne aussi de  très bons résultats.

Cette dernière méthode expose cependant le client de façon directe, non graduelle à l’objet ou à la situation phobique.

Mais peu importe la méthode de désensibilisation choisie, le client doit ensuite s’exposer de façon concrète à la réalité.

On l’invite alors à le faire de façon graduelle et répétée afin de consolider et renforcer ses apprentissages.

 

Pour consulter un psychologue ou psychothérapeute spécialiste du traitement des phobies, veuillez nous contacter:

Nous répondrons à vos questions

    Votre nom (obligatoire)
    Votre email (obligatoire)
    Votre téléphone
    Sujet
    Votre message

    Dépendant affectif? Il y a des solutions

    On est dépendant affectif lorsque son estime de soi dépend entièrement du regard de l’autre sur soi. Le dépendant …

    Confiance

    La confiance en soi réfère à la croyance en ses propres capacités. Une bonne estime de soi sera une bonne base à la …

    La dépression: les traitements efficaces disponibles

    La dépression majeure est un des problèmes psychiatriques les plus fréquents. Au Canada, environ 11 % des hommes et 16 …