Catégorie : Blogue

Dépendant affectif? Il y a des solutions

On est dépendant affectif lorsque son estime de soi dépend entièrement du regard de l’autre sur soi.

Le dépendant affectif en arrive bien souvent à n’exister que par l’autre.

Contrairement au trouble de la personnalité dépendante, la dépendance affective n’est pas un diagnostic psychiatrique.

La dépendance affective se retrouverait aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

Le dépendant affectif aurait bien souvent vécu une carence au plan affectif durant son enfance.

Il peut cependant se libérer de sa dépendance par la psychothérapie.

 

Dépendant affectif? Consulter un psychologue peut vous libérer
Dépendant affectif? Consulter un psychologue peut vous libérer

 

 

Ce qu’est un dépendant affectif

La dépendance affective est sans doute entrée dans notre vocabulaire avec la parution du livre  » Ces femmes qui aiment trop » de Robin Norwood.

Même si la dépendance affective n’est pas un diagnostic psychiatrique reconnu, elle a fait l’objet de nombreux écrits.

Contrairement à ce qu’on a tendance à  penser, le dépendant affectif aime mal plutôt que trop.

Il répond de façon inadéquate à ses besoins humains fondamentaux d’aimer et d’être aimé.

On est dépendant affectif lorsque son estime de soi dépend entièrement du regard de l’autre sur soi.

La personne dépendante affective a donc une faible estime de soi, ne vit plus pour soi et s’efface totalement face à l’autre.

 

Les symptômes du dépendant affectif

Le dépendant affectif a un besoin excessif d’être aimé, soutenu et valorisé par l’autre.

Il est bien souvent obsédé et vit à travers l’autre, croyant qu’il n’est rien sans lui.

Ayant peur de l’abandon, de la séparation et de la solitude, cette personne fera tout pour plaire et agir en fonction de l’autre.

Sa confiance et son estime de soi étant faibles, la personne dépendante affectivement va se sacrifier et s’assujettir à l’autre.

Le dépendant affectif renie ainsi son identité, cela conduisant à des sentiments de vide, de tristesse et d’insatisfaction.

 

Une dynamique relationnelle perturbée

Les attentes du dépendant affectif envers l’autre sont irréalistes et donc souvent frustrées.

Ces attitudes et croyances irrationnelles vont l’amener bien souvent à ressentir de la colère et de la jalousie.

Le dépendant affectif fera aussi des demandes répétées de preuves d’amour.

Il va sans dire que ces comportements créent un stress important sur la relation.

Cela conduit bien souvent à de l’insatisfaction et à des ruptures fréquentes.

 

La dépendance amoureuse

Dans le contexte des relations amoureuses, le dépendant affectif aura aussi tendance à faire des mauvais choix.

Il va bien souvent attirer des partenaires égoïstes ou ayant peur de l’engagement.

Ces mauvais choix exacerbent ainsi toute la dynamique de carence et de dépendance affective.

Et cela conduit la plupart du temps à des relations d’intimité malheureuses et instables.

 

Les causes de la dépendance affective

Les causes de la dépendance affective se situeraient au niveau des problèmes vécus durant l’enfance.

On retrouve la plupart du temps une carence au niveau affectif durant l’enfance.

Ce sont généralement des enfants ayant reçu peu d’attention, d’affection, de soutien et d’empathie de leurs parents.

L’enfant a pu aussi être responsabilisé trop tôt et avoir appris à faire passer les besoins des autres avant les siens.

Cette problématique peut aussi être liée à des traumatismes, du rejet et de l’instabilité durant l’enfance.

On a observé également que certaines personnes ont subi de l’abus physique ou psychologique de leurs parents.

Aussi certains dépendants affectifs ont pu avoir des parents très exigeants et très critiques envers eux.

 

La conscience de soi et le dépendant affectif

Se libérer de cette dépendance nécessite d’abord que la personne prenne conscience de son problème.

Cette prise de consccience débute bien souvent par la présence de symptômes  anxieux ou dépressifs résultant de ses relations affectives perturbées.

Ces schémas comportementaux et affectifs dysfonctionnels génèrent en effet beaucoup d’échecs répétés et de détresse.

La prise de conscience du problème est cependant souvent difficile à faire.

Le dépendant affectif aura souvent tendance à se percevoir comme une victime plutôt que de s’approprier le problème.

 

Le traitement du dépendant affectif

C’est dans le cadre d’une aide psychologique que bien souvent la personne dépendante en arrivera à reconnaître son problème.

Avec l’aide d’un psychologue ou psychothérapeute, le client travaillera à prendre conscience des patterns caractérisant ses relations affectives.

Il reconnaitra alors sa grande dépendance ainsi que de l’origine de ses besoins affectifs non satisfaits.

La psychothérapie permettra aussi à la personne de quitter sa position de victime et d’apprendre à se responsabiliser.

La personne dépendante apprendra également à s’aimer soi-même, se respecter et se valoriser en dehors du regard de l’autre.

Se reconnectant à soi, le client y trouvera les ressources pour combler sainement ses besoins affectifs.

 

Pour consulter un psychologue psychothérapeute spécialisé dans le traitement de la dépendance affective, veuillez nous contacter:

Nous répondrons à vos questions

Haut du formulaire

Votre nom (obligatoire)
Votre email (obligatoire)
Votre téléphone
Sujet
Votre message

confiance

La confiance en soi réfère à la croyance en ses propres capacités.

Une bonne estime de soi sera une bonne base à la confiance en soi.

Être confiant en soi résulte de l’évaluation positive de ses capacités à faire face adéquatement à des défis quotidiens.

La confiance en soi est variable chez une personne selon les sphères de sa vie.

Elle peut aussi augmenter ou diminuer avec le temps en fonction des expériences vécues.

La psychothérapie et le coaching personnel peuvent aider une personne à être plus confiant en soi.

 

Un psychologue peut vous aider à reprendre confiance en vous
Un psychologue peut vous aider à reprendre confiance en vous

 

 

La confiance en soi

La confiance en soi est une expérience très importante pour une personne car elle influence plusieurs aspects de sa vie.

Être confiant en soi c’est croire qu’on peut faire face adéquatement aux défis de la vie quotidienne.

C’est aussi avoir de l’assurance quant à sa capacité à penser, apprendre, prendre de bonnes décisions et s’adapter à son milieu.

La confiance en soi serait relative à une situation précise ou à une sphère particulière de la vie de la personne.

Elle peut être élevée dans un sport ou domaine précis et faible au niveau des des relations humaines.

Par exemple, un professionnel peut être très sûr de lui dans son travail et manquer d’assurance pour parler en public.

 

Le développement de la confiance en soi

La confiance en soi va se développer par l’accumulation d’expériences et d’apprentissages dans des domaines spécifiques.

Elle va se construire dès l’enfance selon l’éducation reçue et évoluera tout au cours de la vie.

L’éducation positive sera celle qui valorisera l’entrainement, la persistance et les expériences variées.

Une notion saine du succès et de l’échec sera aussi très importante pour la confiance du futur adulte.

La confiance pourra aussi fluctuer avec le temps en fonction de l’entrainement et des expériences vécues.

Les expériences de succès et d’échecs de la personne ainsi que leur évaluation seront aussi des facteurs importants.

 

Le manque de confiance en soi

Le manque de confiance en soi concerne l’évaluation négative de ses capacités pour composer adéquatement avec une situation.

Ce manque peut aussi se retrouver dans plusieurs situations de la vie de la personne.

Dans ce cas il y aura un manque d’assurance assez généralisé qui fera souffrir la personne.

Elle se sentira souvent tendue, inférieure et anxieuse en groupe.

Une faible estime de soi, de l’auto-dépréciation et du négativisme seront aussi souvent présents.

S’ajoutera au tableau de la passivité, de l’indécision et de l’évitement d’initiatives par peur de l’échec.

La personne manifestera donc un faible niveau d’aspiration et ressentira une insatisfaction générale.

 

La confiance retrouvée gràce à l’aide psychologique

Lorsque le manque de confiance est durable et génère une souffrance psychologique, une aide psychologique est indiquée.

Différentes formes de psychothérapie ou de coaching peuvent aider une personne à se faire confiance.

L’évaluation psychologique a pour but de bien comprendre la problématique et les causes de ce déficit.

L’histoire psycho-sociale de la personne permettra de comprendre l’évolution de la confiance en soi.

Cette démarche permettra d’identifier les attitudes, pensées et schémas négatifs liés à ce manque.

Le psychologue ou coach d’approche TCC  pourra ensuite aider à corriger ces cognitions limitatives.

 

L’éducation psychologique à la confiance

À l’étape de la psychothérapie, on débutera un travail d’éducation psychologique sur la confiance en soi.

Le psychologue montrera aussi au client le rôle vital de l’entrainement, de la persistance et de l’exposition sur la confiance en soi.

Il lui enseignera aussi l’importance des expériences variées et d’une prise de risques calculées.

Le retour réflexif sur ses expériences(Garneau, 1999) sera également enseigné au client.

Le psychothérapeute aidera son client à se percevoir comme une personne en évolution et en changement.

 

La psychothérapie et le coaching

Le psychologue aidera aussi son client à identifier ses atouts, ses forces et ses talents.

Dans sa démarche, le client sera amené à valoriser ses succès et réalisations passées.

Des habiletés de communication, d’affirmation de soi et d’atteintes de buts pourront aussi lui être enseignées.

Le client recevra ainsi de l’aide concrète afin d’avoir plus de succès dans ce qu’il entreprend.

Le psychologue-coach l’assistera à bien composer avec les échecs inévitables sans se dévaloriser ou se démotiver.

Le client pourra aussi être entraîné à des méthodes utiles pour maintenir et améliorer sa confiance.

Mentionnons par exemple l’entrainement à l’auto hypnose, l’imagerie mentale, la méditation et la cohérence cardiaque.

 

Pour consulter un psychologue ou coach pouvant vous aider au niveau de la confiance en soi, veuillez nous contacter:

Nous répondrons à vos questions

Haut du formulaire

Votre nom (obligatoire)
Votre email (obligatoire)
Votre téléphone
Sujet
Votre message

La dépression: les traitements efficaces disponibles

La dépression majeure est un des problèmes psychiatriques les plus fréquents.

Au Canada, environ 11 % des hommes et 16 % des femmes souffriront d’un épisode de dépression au cours de leur vie.

L’OSM prévoit que d’ici quelques années la dépression deviendra la 2ième cause d’invalidité à travers le monde.

Le trouble dépressif majeur est une maladie qui se soigne maintenant efficacement.

Les principaux traitements sont la pharmacothérapie et la psychothérapie.

Malheureusement, on estime que seulement 25% des personnes dépressives vont recevoir  un traitement.

Et il y a de fortes chances que ce traitement soit de la pharmacothérapie.

 

 

La dépression tratée par un psychologue
La dépression traitée en psychothérapie

 

Les symptômes de la dépression  

La dépression majeure se caractérise d’abord par une grande tristesse et un sentiment de désespoir.

S’ajoutent à ces symptômes une perte de motivation et de capacités de prise de décision.

La concentration est souvent abaissée de même que le niveau d’énergie.

La libido et le sentiment de plaisir sont aussi diminués dans le trouble dépressif.

On observe aussi souvent des troubles alimentaires tels une diminution ou augmentation de l’appétit.

Ce dérèglement alimentaire peut causer une perte ou un gain de poids anormale.

La personne peut également souffrir d’insomnie ou d’hypersomnie.

Il a aussi présence de pensées morbides telles que des idées suicidaires.

Bien souvent la personne dépressive se sent coupable de façon injustifiée et aussi dévalorisée.

 

Les causes de la dépression

Des facteurs génétiques et des antécédents familiaux peuvent constituer des facteurs de risque.

Il en de même des déséquilibres de certains neurotransmetteurs tels que la sérotonine dans le cerveau.

Une perturbation au niveau hormonal peuvent aussi contribuer au déclenchement de la dépression.

Un stress épisodique intense ou un stress chronique, un burnout ou un traumatisme peuvent également déclencher un épisode dépressif.

À titre d’exemples, mentionnons un divorce, la perte d’un être cher ou de quelque chose d’important pour la personne.

Un problème de dépendance, un manque de confiance en soi et des exigences élevées sont d’autres facteurs identifiés.

 

Le traitement pharmacologique de la dépression

Le trouble dépressif majeur est une maladie qui se soigne par la médication.

Les antidépresseurs agissent au niveau des neurotransmetteurs et permettent de les normaliser.

Lorsque l’antidépresseur est efficace, le patient retrouve le sommeil, l’appétit, un regain d’énergie et une bonne humeur.

Ce changement positif se produit généralement en 3 à 6 semaines.

Ce traitement a par contre un taux de décrochage important lié aux effets secondaires désagréables.

De plus cette thérapie a un taux de rechute plus élevé que la psychothérapie.

 

La thérapie TCC de la dépression

La thérapie cognitivo comportementale(TCC) constitue le traitement psychologique le plus étudié.

La TCC a amassé les données les plus probantes à l’appui de son utilisation avec la dépression.

Cette thérapie vise à libérer le client dépressif de schémas cognitifs et comportementaux dysfonctionnels.

Elle permettra également le développement de comportements constructifs et de façons de penser rationnelles,

Le psychothérapeute fera aussi usage de l’éducation psychologique, des suggestions et des devoirs.

Il pourra également enseigner à son client les habiletés de résolution de problèmes et d’affirmation de soi.

La thérapie cognitive dite de pleine conscience a aussi donné de bons résultats avec le trouble dépressif.

Cette thérapie peut réduire le risque de rechute chez les personnes ayant vécu plusieurs épisodes dépressifs.

Les autres psychothérapies

D’autres formes de thérapies ont aussi donné de très bons résultats dans le traitement de la dépression.

Mentionnons d’abord la thérapie interpersonnelle et l’activation comportementale basée sur le behaviorisme.

La thérapie psychodynamique à court terme basée sur l’approche psychanalytique s’est aussi avérée efficace.

La thérapie de l’autocontrôle, de la réminiscence et par résolution de problèmes sont d’autres exemples.

 

L’hypnothérapie de la dépression

Les psychologues Michael Yapko et Assen Alladin ont beaucoup écrit sur l’hypnose utilisée avec la dépression.

Ils ont chacun de leur côté développé des modèles théoriques associant transe hypnotique au processus dépressif.

Alladin a aussi fait des recherches empiriques sur l’hypnothérapie de la dépression majeure.

Il a ainsi pu montrer que l’hypnose  constituerait une valeur ajoutée positive au traitement du trouble dépressif.

 

Les thérapies alternatives de la dépression

D’autres traitements de la dépression incluent la luminothérapie appliquée au traitement de la dépression saisonnière.

Un programme régulier d’exercice physique aérobique peut également être efficace.

Il peut réduire de façon importante les symptômes d’un trouble dépressif léger ou modéré.

Le millepertuis, produit naturel ne requérant pas d’ordonnance peut aussi être efficace.

Cette plante agirait positivement chez certains individus présentant une dépression de légère à modérée

La thérapie électro-convulsive s’est aussi avérée utile avec des cas plus sévères ou réfractaires aux autres thérapies.

 

Pour consulter un psychologue ou psychothérapeute spécialisé dans le traitement de la dépression, veuillez nous contacter:

Nous répondrons à vos questions

[contact-form-7 id= »252″ title= »Contact

 

Trouble anxieux généralisé: solutions avec la psychothérapie

Le trouble anxieux généralisé(TAG) fait partie des troubles anxieux.

Ce trouble anxieux compte parmi les troubles anxieux les plus répandus.

Les personnes ayant un TAG s’inquiètent de façon disproportionnée au sujet d’événements et d’activités habituelles.

De plus ces individus s’attendent toujours au pire et dramatisent constamment.

Les causes du trouble anxieux généralisé ne sont pas encore connues parfaitement.

Il existe deux types de traitement efficace pour ce trouble: la psychothérapie et la pharmacothérapie.

 

Trouble anxieux généralisé: une raison fréquente de consulter un psy
Trouble anxieux généralisé: une raison fréquente de consulter un psy

 

Les troubles anxieux

L’anxiété pathologique a été classifiée en différentes catégories cliniques appelées troubles anxieux.

Cette classification permets aux psychologues et aux psychiatres de faire un bon diagnostic et de planifier un traitement efficace.

Elle permet aussi d’étudier à fond chaque trouble par des recherches cliniques ou expérimentales.

Les troubles anxieux se distinguent par ce qui déclenche l’anxiété de même que par l’intensité et la durée des symptômes.

Les troubles anxieux comprennent le trouble anxieux généralisé, le trouble panique avec ou sans agoraphobie et la phobie spécifique.

La phobie sociale, le trouble obsessif-compulsif et l’état de stress post- traumatique complètent le tableau.

 

La description du trouble anxieux généralisé

Éprouver un sentiment d’inquiétude de temps à autre est tout à fait normal.

Cependant dans ce trouble l’inquiétude est importante et perturbe le déroulement de la vie de la personne.

Le trouble anxieux généralisé est caractérisé par un état d’inquiétude généralisée, excessive et chronique.

La personne souffrant d’anxiété généralisée redoute bien souvent le pire dans chaque situation.

Cette crainte est exagérée et irréaliste car n’étant pas fondée sur une menace objective et rationnelle.

Les chercheurs pensent que la personne n’a pas appris à tolérer l’incertitude inhérente à la vie.

 

Les préoccupations de la personne anxieuse

Les inquiétudes du client peuvent tourner autour du travail, la santé, la situation financière, la maison ou les relations interpersonnelles.

Ces préoccupations peuvent porter sur des problèmes ou défis actuels où il y a des solutions.

Le plus souvent la personne anxieuse s’inquiète de problèmes anticipés et imaginés de toute pièce.

La personne ayant un trouble anxieux généralisé vit donc beaucoup dans le futur.

Ces inquiétudes peuvent diminuer grandement la qualité de vie du client et perturber son fonctionnement.

 

Les symptômes du trouble anxieux généralisé

Le trouble anxieux généralisé entraîne le plus souvent chez un client un malaise et une détresse importante.

L’anxiété généralisée est accompagnée de symptômes psychologiques et physiques.

Au plan psychologique, on retrouve une hyperactivation mentale dûe à des préoccupations nombreuses.

La personne a aussi tendance à ruminer et a une grande difficulté à se concentrer.

Au niveau émotif, la personne est souvent irritable et se sent survoltée.

Au niveau physique ce trouble s’accompagne de fatigue causée par de l’insomnie et une tension musculaire constante.

La transpiration excessive, les céphalées de tension, les tremblements et les palpitations cardiaques sont aussi des symptômes fréquents.

Des troubles digestifs tels que le syndrôme du côlon irritable sont aussi souvent rencontrés chez les anxieux.

 

La prévalence et l’importance du TAG

Le trouble anxieux généralisé compte parmi les troubles anxieux les plus répandus.

Sa prévalence serait de l’ordre de 4% à 5% de la population générale.

Selon diverses études épidémiologiques, il y aurait environ deux tiers de femmes pour un tiers d’hommes.

Entre 50 à 90 % des anxieux TAG souffriraient également d’une autre psychopathologie ou d’un problème de santé.

Le colon irritable, le trouble panique, la dépression et la dépendance aux drogues ou à l’alcool sont très fréquemment associés au TAG.

Trouble d’anxiété généralisée débute bien souvent durant l’enfance ou à l’adolescence.

Il n’est cependant pas rare que l’apparition du trouble anxieux généralisé soit à l’âge adulte.

 

Les causes du trouble anxieux généralisé

Les causes de ce trouble anxieux ne sont pas connues parfaitement.

Les chercheurs en ce domaine pensent que plusieurs facteurs joueraient un rôle important.

Des facteurs génétiques et familiaux seraient présents dans le développement d’un trouble d’anxiété généralisée.

Le stress et les événements traumatiques vécus dans l’enfance peuvent aussi être en cause.

L’intolérance face à l’incertitude de la vie et les distorsions cognitives seraient d’autres facteurs importants.

Mentionnons aussi les facteurs physiologiques tels que des dérèglements des neurotransmetteurs du cerveau.

 

La thérapie TCC du trouble anxieux généralisé

La thérapie cognitivo comportementale(TCC) est la thérapie qui a été la plus étudiée par les chercheurs.

Et son efficacité sur le trouble anxieux généralisé a été maintes fois démontrée par plusieurs études.

Cette thérapie utilise de nombreuses méthodes et techniques reconnues comme efficaces.

Mentionnons d’abord la psycho-éducation et la restructuration cognitive toutes fondamentales à la TCC.

L’entrainement à la résolution de problèmes et la technique d’exposition en imagination sont d’autre examples.

La relaxation musculaire active ou passive est aussi utilisée afin d’aider une personne anxieuse à se détendre.

Notons aussi d’autres méthodes telles que la méditation, l’imagerie mentale et la  cohérence cardiaque.

L’hypnose thérapeutique et la méthode EMDR sont aussi souvent utilisées dans le traitement du TAG.

 

Les autres thérapies du trouble anxieux généralisé

D’autres types de thérapies ont également démontré leur utilité lors dans le traitement du trouble d’anxiété généralisée.

Mentionnons d’abord les thérapies basées sur la pleine conscience dont la Thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT).

Les thérapies dérivées du programme de Réduction du stress(MBSR) font aussi partie de ce groupe.

Le but de ces psychothérapies est que le client apprenne à se détacher de ses pensées dysfonctionnelles.

Le client est entrainé à développer une attention méditative et ainsi contrôler son anxiété.

La thérapie psychodynamique peut aussi être utile pour comprendre les origines de ce trouble anxieux.

Cependant son efficacité sur les symptômes est moins rapide et moins reconnue.

 

La pharmacothérapie du trouble anxieux généralisé

Les anxiolytiques sont une classe de médicaments agissant rapidement sur le trouble anxieux généralisé.

Ces médicaments sont souvent prescrits de façon temporaire et à court terme car ils engendrent de l’accoutumance.

De leur côté, les antidépresseurs agissent plus à fond sur l’anxiété pathologique.

Ils sont reconnus comme efficaces pour le TAG mais doivent être pris pendant au moins six mois.

On recommande toutefois qu’ils soient utilisés conjointement à une psychothérapie.

 

Pour consulter un psychologue spécialisé dans le traitement du trouble anxieux généralisé, veuillez nous contacter:

Nous répondrons à vos questions

Votre nom (obligatoire)
Votre email (obligatoire)
Votre téléphone
Sujet
Votre message

 

Les causes de l’insomnie

L’insomnie cause bien des problèmes dans la vie d’une personne.

L’insomnie est une difficulté à s’endormir ou encore à se rendormir rapidement suite à un réveil normal durant la nuit.

L’insomnie cause un manque de sommeil pouvant conduire une personne à la dépression, l’obésité et les accidents de la route.

Plusieurs causes de l’insomnie ont été identifiées par les chercheurs.

 

Innsomnie cause
Insomnie cause

 

Le problème de l’insomnie

L‘insomnie cause bien des problèmes d’ordre physique et psychologique.

L’insomnie peut être passagère et reliée à une situation de vie particulière ou peut devenir chronique.

Dans ce dernier cas, la personne souffre tellement de ne pas dormir qu’elle finit par craindre le moment du coucher.

Elle développe alors une  une anxiété de performance face au sommeil.

On estime que l’insomnie constitue un problème sérieux chez environ 17% des adultes.

Une multitude de causes physiques et psychologiques de l’insomnie ont été identifiées

 

L’insomnie cause 1:  Problèmes de santé physique

Cette catégorie comprend des problèmes de santé physique perturbant le sommeil.

Mentionnons d’abord l’apnée du sommeil et le syndrome des jambes sans repos maintenant mieux connus des médecins.

On peut ajouter à cette liste les mouvements périodiques nocturnes, l’insomnie idiopathique et l’asthme.

Le reflux gastro-eosophagien, l’hypertrophie de la prostate, la maladie de Parkinson et la douleur aigue ou chronique sont d’autres causes physiques de l’insomnie.

 

 L’insomnie cause 2: Mauvaise hygiène du sommeil

Une mauvaise hygiène du sommeil peut aussi causer de l’insomnie.

Cette catégorie comprend des habitudes et activités encourageant l’hypervigilance.

Les exercices physiques extrêmes peu avant le coucher et l’habitude de regarder les écrans ( télé, tablette, ordi, jeux en ligne) font partie de ce registre.

Ajoutons à cette liste la consommation de stimulants tels que la caféine, la tisane à la menthe ou la nicotine durant la soirée.

Une chambre mal insonorisée, trop chaude, mal aérée, ou éclairée même faiblement peuvent générer de l’insomnie.

Il en va de même de l’absence de routines des couchers et des réveils ainsi que l’habitude de siestes trop longues.

Le décalage horaire, le travail de nuit ou des changements fréquents dans l’horaire de travail peuvent aussi causer de l’insomnie.

 

L’insomnie cause 3:  L’anxiété et le stress 

L’anxiété et le stress amènent bien souvent la personne à ruminer ses préoccupations au moment du coucher ou même durant la nuit.

Il va sans dire que cette activité mentale perturbe l’endormissement.

L’anxiété de performance est souvent générée suite à des difficultés transitoires de sommeil.

Elle conduit souvent à ce qu’on a appelé l’insomnie psychophysiologique.

La personne devient anxieuse face à son sommeil et va ainsi appréhender l’heure du coucher et faire des efforts pour dormir.

Et plus elle essaie de dormir et moins elle obtient des résultats satisfaisants.

Le problème peut perdurer aussi longtemps que la bonne attitude face au sommeil n’est pas restaurée.

 

L’insomnie cause 4: La consommation de médicaments, d’alcool et de drogues

La prise de certains médicaments en vente libre peut causer de l’insomnie.

Mentionnons comme exemples certains décongestionnants, analgésiques et certains produits amaigrissants.

Il en est de même de médicaments prescrits tels que certains antidépresseurs, médicaments contre l’hypertension et corticostéroïdes.

Même les somnifères et anxiolytiques, pris en trop grande quantité ou consommés pendant une trop longue période de temps, peuvent générer de l’insomnie par rebond.

Et dès que la personne cesse de prendre ses somnifères hypnotiques ou anxiolytiques, l’insomnie revient comme au début.

La consommation d’alcool en soirée peut faciliter l’endormissement mais fragmente le sommeil et réduit en  réduit la qualité.

La consommation de drogues stimulant le système nerveux central (ex.: cocaïne, méthamphétamine) réduit la sensation de fatigue ou d’avoir besoin de sommeil.

 

L’insomnie cause 5: Les troubles psychiatriques

En plus des troubles anxieux, la dépression majeure  est une cause et aussi une résultante de l’insomnie.

Un trouble bipolairecyclothymique ou une psychose peuvent perturber sérieusement le sommeil normal.

Dans ces cas, il est important de traiter conjointement ces troubles en même temps que l’on traite l’insomnie.

 

Le traitement de l’insomnie

Le traitement efficace de l’insomnie comprend plusieurs facettes et moyens d’intervention.

Il débute cependant par une évaluation psychologique approfondie de la problématique.

Des chercheurs  issus de l’approche cognitivo comportementale ont développé deux méthodes efficaces de traitement de l’insomnie.

Ce sont les méthodes du contrôle des stimuli et la méthode de restriction du sommeil.

La relaxation, la méditation pleine conscience et l’hypnose thérapeutique sont des techniques souvent utilisées dans le traitement de l’insomnie.

 

Pour consulter un psychologue ou psychothérapeute spécialiste du traitement de l’insomnie, veillez nous contacter:

Nous répondrons à vos questions

Votre nom (obligatoire)
Votre email (obligatoire)
Votre téléphone
Sujet
Votre message

 

Dépendant affectif? Il y a des solutions

<div class="at-above-post-cat-page addthis_tool" data-url="https://www.cogicor.com/2020/09/09/dependant-affectif/"></div>On …

confiance

<div class="at-above-post-cat-page addthis_tool" data-url="https://www.cogicor.com/2020/05/09/confiance/"></div>La confiance …

La dépression: les traitements efficaces disponibles

<div class="at-above-post-cat-page addthis_tool" data-url="https://www.cogicor.com/2020/05/05/la-depression/"></div>La dépression …